Christian Palka, le destin d'un gamin des Bois Blancs

19 mars 2014 - 11:25

Ancien cycliste professionnel, aujourd’hui journaliste, Christian Palka est LA voix du Nord sur France Bleu. Une biographie sort sur celui qui avoue lui-même « avoir eu plusieurs vies ». C’est encore lui qui les racontent le mieux.

 

 

1. La naissance au vélo d’un gosse des rues

« Je suis un gars des rues, et c’est le vélo qui m’en a sorti. J’y suis arrivé tout seul. Il y a eu plusieurs éléments déclenchants. Au début, dans le vélo, ce qui m’intéressait, c’était les commentaires de ces gars à la radio qui me donnaient une image des descentes de cols, de la montagne que je n’avais jamais vues. C’est grâce aux commentateurs de la radio que j’ai connu mes premières montagnes. Dans le même temps, il y a un jeune coureur qui commençait à frapper l’imagination parce qu’il était autrement que les autres, c’était Jacques Anquetil. Il gagne le Tour de France en 1957. J’ai huit ans et la télé commence à se démocratiser. Et puis, en allant voir les courses dans la ville, j’ai été fasciné par les mecs, leurs beaux maillots et leurs jambes.

À l’école, tu avais toujours un instituteur qui te demandait ce que tu voulais faire plus tard. Moi, c’était coureur cycliste. L’instit’ me disait : ‘‘Ce n’est pas un métier, imbécile !’’

À quatorze ans, arrive le fameux certificat d’études, que j’ai. Je suis diplômé des écoles primaires du Bois Blanc, j’y tiens. On était des pauvres, mais mon père m’a payé un vélo de course. Je ne savais pas encore dans quel club, mais j’allais prendre une licence. Dans La Voix des Sports, j’apprends qu’il y a une épreuve pour non-licenciés, qui s’appelle les Jeux d’hiver. Quatre épreuves sur quatre dimanches du mois de septembre. J’y participe et je fais cinquième au classement général. Après ce résultat, l’ASPTT Lille est venue me voir pour me faire signer. Du coup, en réalité, je n’ai acheté qu’un vélo de course, le premier. L’année d’après, j’en ai eu un autre. Tous les ans, on avait un nouveau vélo. De ma vie de coureur, je n’ai acheté qu’un seul vélo. »

2. Chez les pros, des souvenirs pour une vie

« En amateurs, j’ai passé les échelons normalement. Je faisais ce qu’il fallait, j’étais vite content de moi. Ce qui me fait passer pro, c’est la prison au bataillon de Joinville ! J’ai quand même trouvé le moyen d’aller en prison, pour insubordination. Là, l’adjudant, qui m’aimait bien et me connaissait, me dit : ‘‘Je peux t’éviter les arrêts de rigueur, tu iras dormir en prison, tu te lèveras à six heures du matin et là, tu t’entraîneras. À ma façon.’’ Il avait une grosse moto et pendant quinze jours, j’ai fait des sorties de 120 bornes derrière la moto. Je suis sorti de là, je pétrolais ! Je fais deuxième du Tour de l’Avenir (1970) et un jour, on me dit : ‘‘Il faut que t’appelles Maurice De Muer (directeur sportif de l’équipe Bic), il veut te voir.’’ Je n’ai jamais eu de plan de carrière. Derrière, je fais quatre saisons pros.

Mon meilleur souvenir ? J’en ai plusieurs. Déjà, d’avoir côtoyé, d’avoir eu comme ami, et ça c’est hyper important pour moi, des garçons comme Luis Ocana et Jan Janssen. Tu te retrouves avec des mecs qui ont gagné Paris-Roubaix, le Tour de France, le championnat du monde ! En course, mon meilleur souvenir, c’est quand même le Tour de l’Avenir, que j’aurais dû gagner. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le vainqueur (Marcel Duchemin) ! »

3. La fin de carrière, sans regrets

« Ocana gagne le Tour en 1973. En 1974, il fait une saison catastrophique. Il devait faire le Tour d’Italie. Ocana ne répond pas présent, donc le baron Bich (propriétaire de l’équipe) dit : ‘‘C’est terminé’’. Moi, je n’avais plus la foi. J’en avais marre et à la fin de ma carrière, pour compenser, j’avais une petite tendance à aller aux produits. Donc, j’ai arrêté. Je ne regrette rien, mais je ferais totalement différent sur tout ! Je pense que j’aurais fait une meilleure carrière. C’est difficile de parler de soi. Mais compte tenu de ce que j’ai fait en travail foncier, c’est-à-dire pas beaucoup, je sais que j’aurais pu faire mieux. Mais la contrainte, pour moi, c’est dur. Pour me formater, c’est compliqué. »

4. Les années noires

« Après ma carrière, j’ai fait plusieurs boulots. C’est une période de ma vie dont je n’aime pas trop parler. J’ai gagné de l’argent trop facilement. Quand tu gagnes de l’argent trop facilement, tu as du temps libre et le temps libre, tu l’occupes mal. C’est pour ça que jamais je ne taperai sur un mec qui pète un câble. Personne n’est à l’abri. Personne. Je me suis vu le plus beau. J’ai eu une période difficile. Un divorce en a découlé. J’ai morflé. C’était terriblement difficile. Si je n’étais pas comme je suis, j’aurais pu sombrer dans l’alcool, devenir SDF. Mais je suis comme je suis… J’ai su faire le dos rond, vivre misérablement pendant quelques années. Il y a un truc que je n’ai jamais abandonné, c’est le vélo. Le vélo, c’est la pierre angulaire de ma vie. »

5. Christian Palka, le journaliste

« J’ai eu la chance de pouvoir tout faire à mon rythme. Même devenir journaliste. Le seul problème que j’ai avec ça, c’est par rapport aux jeunes journalistes d’aujourd’hui. Je sais combien la profession est difficile, je sais combien c’est dur de le devenir. Et moi, j’arrive là, un peu par hasard. A contrario, j’ai mis longtemps, j’ai eu un cheminement très long. Maintenant, que je sois devenu journaliste, ce n’est pas non plus un hasard. Je les fréquente depuis tellement longtemps ! Je considère que je suis journaliste depuis vingt ans. Je découvre que je pourrais faire de l’antenne en 1994 au départ du Tour ici, à Lille. Un peu avant, sur Paris-Roubaix cette année-là, il y avait deux nouveaux secteurs pavés. On me demande de faire une description de ces secteurs. On s’arrête sur celui de Vendeville et je vois qu’il y a un énorme trou à l’entrée du pavé. Pendant mon intervention, je parle de ce trou, en annonçant que ça allait être la catastrophe. À cet endroit-là, Gilbert Duclos-Lassalle, qui était en chasse derrière Andreï Tchmil, se casse la gueule. Et là, c’était parti ! Juste après, il y a les 4 Jours de Dunkerque où je parle du parcours. Et depuis, ça ne s’est plus arrêté. »

6. Sa dernière « vie », vraiment ?

« Je ne sais pas. J’ai bientôt 65 ans et selon la loi, à partir de cette année, je peux faire valoir mes droits à la retraite. J’ai reçu la nouvelle là, cette semaine... C’est à moi de choisir, je dois répondre. Si je ne réponds pas, on me met officiellement en retraite. Mais vous me voyez m’arrêter maintenant ? »

 

 

 

 

Commentaires

Marc Leblanc 28 mars 2014 06:03

Un excellent souvenir avec Christian Palka : en 1995 à l'occasion d'un 6è tour de Coupe de France, le RC Bois Blancs avait reçu Gravelines qui évoluait à l'époque en Nationale. Au tour précédent nous avions éliminé Bruay qui jouait aussi en Nationale alors que nous venions de monter en Régionale (l'équivalent de l'actuelle Promotion de Ligue). Fréquence Nord qui organisait un multiplex de ce 6è tour nous avait envoyé Christian pour commenter notre match. J'ai retrouvé l'article de la Voix du Nord du lendemain : nous avions fait 451 entrées payantes et ... perdu 2-1. Mais Christian était tellement devenu un supporter des Bois Blancs pendant le match que je pense que les auditeurs de Fréquence Nord n'ont jamais pu comprendre que nous ayons perdu ce match !

Staff
Johnny Lahousse
Johnny Lahousse 19 mars 2014 19:00
Entraîneur

Très belle bibliographie, Tout y est, l'enfance, le quartier, les glorieuses, les galères et maintenant. Très beau parcours, un peu chaotique mais beau parcours de vie.

U13 niveau 2 et 5 autres 23 jours
Abdelkader DJOUABI et 2 autres 23 jours
4-11
Senior Féminine à 7 / BONDUES F.C. 4 mois
Senior Féminine à 7 / BONDUES F.C. : résumé du match 4 mois
3-0
MERIGNIES OL. / Senior Féminine à 7 4 mois
MERIGNIES OL. / Senior Féminine à 7 : résumé du match 4 mois
2-1
BOIS GRENIER / Vétérans à 7 4 mois
BOIS GRENIER / Vétérans à 7 : résumé du match 4 mois
3-0
U11 / WATTRELOS 4 mois
U11 / WATTRELOS : résumé du match 4 mois
2-2
U17 / PERENCHIES 4 mois
U17 / PERENCHIES : résumé du match 4 mois
1-3
U11 / ASCQ US 4 mois
U11 / ASCQ US et U15 / VIEUX BERQ F. C. : résumés des matchs 4 mois
5-1
U15 / VIEUX BERQ F. C. 4 mois